Mon enfance a été passée à Mangaluru, une petite ville côtière du Karnataka.(années 1960, 70 et début des années 80)

Jusqu’à l’âge de peut-être 6 ou 7 ans, nos vacances d’été seraient passées à Chennai, où mes grands-parents maternels ont séjourné. J’apprécierais beaucoup là-bas. Tous les jours, l’après-midi, mon grand-père m’achetait des glaces chez un vendeur de cyclecart qui allait de porte en porte pour vendre des glaces.

Quand j’avais environ 8 ans, mes deux grands-parents maternels étaient décédés et nos vacances d’été à Chennai ont pris fin.

Le reste des années, les vacances étaient passées à Mangaluru. Nous avons séjourné dans un bungalow tentaculaire avec un immense complexe qui contenait beaucoup de noix de coco, de mangue, de sapota, de groseille à maquereau, de jacquier et de jamun. Nos besoins en eau ont été satisfaits à partir d’un puits. Nous n’avions pas de connexion d’eau municipale. Pendant l’été, l’eau du puits se tarissait presque. Les anciens seraient donc occupés par des problèmes d’eau.

En tant qu’aînée, je devais m’occuper de ma sœur cadette et la divertir. J’avais l’habitude de lire beaucoup de livres d’Enid Blyton, alors j’inventais des personnages intéressants et je racontais ses histoires. Même aujourd’hui, après tant d’années, elle se souvient encore des histoires que je lui racontais.

Quand nous étions un peu plus âgés, nous louions des vélos à l’heure et les montions. L’après-midi serait trop chaud pour jouer dehors, alors avec nos amis et voisins qui nous ont rendu visite, nous jouerions à des jeux de société comme ludo, des serpents et des échelles et des cartes. Nous jouerions à cache-cache, buff de l’homme aveugle et LONDRES Londres à l’intérieur de la maison.

À 16h, nous courrions avec de la poudre de piment et du sel, grimpions aux manguiers et, assis sur les branches, mangions des mangues non mûres. Une fois assis et mangeant des mangues sur un arbre, nous avons vu une énorme couleuvre à rat sur une branche voisine. Nous nous sommes rapidement précipités dans la terreur, nous blessant aux genoux et aux bras et nous sommes rentrés chez nous en courant. Après cet incident, nous avons été plus prudents en grimpant aux arbres. Les couleuvres à rats étaient courantes et entraient même dans nos maisons au toit de tuiles à la recherche de proies de rats.

Nous jouions au cricket avec des chauves-souris et des balles en plastique. Il n’y avait pas de télévision à cette époque et s’il y avait un match de cricket dans lequel l’Inde jouait, nous serions collés à la radio en écoutant les commentaires. Une fois par semaine, nous allions au cinéma pour regarder des films. Ma mère aussi était folle de films et nous avons essayé de ne jamais manquer un film d’Amitabh Bachchan.

Les vacances d’été signifiaient se détendre, jouer à des jeux et se régaler d’eau de coco tendre, de mangues, de jacquier, de sapotas et de groseilles à maquereau. Ma mère faisait des patholis au jacquier et des muliks (spécialités konkani) que nous aimions manger.

La chanson « those lazy hazy crazy days of summer » de Nat king cole rappelle toujours des souvenirs heureux de nos vacances d’été d’enfance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.